Les vertus méconnues de l’ortie

L’ortie pique notre curiosité. Bien plus qu’une simple mauvaise herbe, l’ortie a toujours été utilisée pour soulager de nombreux maux.

Ortie

Ortie

Utilisation historique

Dans l’Antiquité, le médecin Grec Dioscoride l’utilisait déjà comme purgatif et purifiant. Réputée pour ses effets contre les rhumatismes, elle était utilisée traditionnellement par les personnes âgées et souvent comme ingrédient culinaire du fait de son goût acidulé, ses propriétés urticantes disparaissant à la cuisson.

Propriétés des orties

Véritable cocktail de minéraux et d’oligo-éléments indispensables à la santé, en particulier en soufre, manganèse et silice, elle possède une action reminéralisante, favorable au bon état articulaire. Elle est diurétique, c’est-à-dire qu’elle active l’élimination par les reins de l’acide urique, ce qui concourt également à soulager l’organisme de ses toxines. Elle entre dans la composition de nombreux compléments alimentaires.

Cueillir et sélectionner soi-même les orties

On utilisera de préférence la grande ortie, appelée aussi ortie dioïque, dressant ses tiges robustes jusqu’à 1 mètre de haut, mais la petite ortie est également intéressante, à condition d’avoir une bonne paire de gant. Bien sûr, récoltez loin de toute source de pollution, telle que la proximité de routes. Pour réussir votre soupe aux orties, choisissez de jeunes plants, et sélectionnez les feuilles terminales, en évitant de trop grandes quantités de tiges, assez fibreuses.

Cuisiner les orties

Dans un grand faitout, faites revenir un gros oignon dans un peu d’huile d’olive, puis ajoutez les feuilles d’orties. Remuez bien puis ajoutez ensuite les pommes de terre coupées en morceaux. Couvrez les légumes d’eau et salez. Laisser cuire 20 minutes. Ajoutez un peu de lait et de crème et passez au mixeur. Servez bien chaud.

En savoir plus : recette aux orties

Cure Uvale (cf. Cure de Raisin)

La nature subit des transformations profondes à l’automne et au printemps. Ces rythmes biologiques ont aussi une influence non négligeable sur notre organisme, plus vulnérable aux changements de saison. C’est pourquoi depuis l’Antiquité, les grecs, les arabes et les romains pratiquaient des cures de raisin à la fin de l’été.

Grappe de raisin

Grappe de raisin

Ce n’est ensuite qu’en 1789 qu’un médecin du nom de Desbois de Rochefort préconisera la cure de raisin qui recevra même les faveurs de l’Académie de médecine en 1933.

La cure de raisin est une cure de nettoyage de tout l’organisme : elle permet d’éliminer les toxines qui encombrent le foie, les intestins et les reins. Elle est à la fois détoxiquante et revitalisante. Elle consiste à ne consommer que du raisin, non traité et lavé à l’eau vinaigrée, sur une durée d’au minimum une journée. La veille de la cure, il faut s’alimenter avec sobriété, éviter les aliments gras, sucrés et les sauces. De même à la sortie de la cure, il faut manger des aliments digestes et légers pendant au moins une journée, et plus longtemps si la cure a été longue. Pour profiter des propriétés dépuratives du raisin, il faut en consommer de 2.5 à 4.5 Kg par jour, ce qui permet, avec 2200 à 3600 calories par jour, de ne pas souffrir de la faim et de continuer normalement ses activités professionnelles.

Il est bon de consommer l’ensemble du grain car de nombreux antioxydants sont contenus dans sa peau et des acides gras bénéfiques dans ses pépins.

Les effets de votre cure seront : teint éclaircit et intestins régénérés, dynamisme retrouvé et meilleur état de bien-être psychologique.

Source : Les bienfaits d’une cure uvale (cure de raisin)

Les nutriments naturels

Les vitamines et nutriments de synthèse ont-ils les mêmes propriétés biologiques que ceux d’origine naturelle, issus des plantes et des règnes naturels ?

Vitamine des aliments

Vitamine des aliments

Plusieurs études scientifiques démontrent que non. Les vitamines et nutriments de synthèse ne sont pas aussi bien assimilés par l’organisme, loin s’en faut. S’il est exact que les molécules de synthèse sont de la même forme que les molécules naturelles, en revanche elles s’orientent de façon différente par rapport à la lumière. Cela signifie que les molécules de synthèse ne s’orientent pas de façon adéquate devant les récepteurs cellulaires, de sorte que leur assimilation par nos cellules est nettement moins bonne.

C’est ainsi que la vitamine E se synthèse n’est assimilable qu’à 50% contre 100% pour la vitamine E naturelle. De même la vitamine C naturelle, extraite de fruits comme la cerise acérola, est nettement plus assimilable, bien qu’elle se présente souvent sous forme de comprimés dosés à 120mg contre 500mg rencontrés souvent dans les comprimés de vitamine C artificielle.

C’est pourquoi le consommateur ne doit pas se laisser abuser par les dosages élevés affichés par les fabricants de vitamines de synthèse. De plus, la stabilité d’une molécule de vitamine de synthèse nécessite le recours à des stéréo-isomères chimiques que l’organisme devra éliminer, ajoutant au travail de détoxication du foie qui a déjà fort à faire avec les polluants alimentaires et de l’environnement.

Source : Vitamines et nutriments naturels

Connaissez-vous les nombreuses vertus du cassis ?

Tout est bon dans le cassis : le fruit est 2 fois plus riche en vitamine C que le kiwi et 4 fois plus que l’orange !

Grappe de cassis

Grappe de cassis

Les feuilles de cassis, ses racines et ses tiges, sont employées depuis des siècles en France et en Europe sous forme d’infusions et de décoctions. Déjà, Hidelgarde de Bingen, médecin et fondatrice du monastère d’Eibingen au XIIème siècle, le mentionne sous le nom d’ « Arbre aux goutteux« .

En effet, il était utilisé traditionnellement en cas de crises de goutte car il active l’élimination par les reins des excès d’acide urique localisés dans les articulations. Ces crises faisaient souffrir bien souvent les bons vivants ayant abusé de festins de gibiers.

Aujourd’hui une branche voisine de la phytothérapie appelée gemmothérapie, qui emploie des préparations à base de bourgeons de plantes, utilise en particulier les bourgeons de cassis pour ses nombreuses vertus :

  • Le cassis exerce une action favorable sur les articulations notamment en cas de douleurs
  • il stimule le foie, la rate et les reins
  • il augmente la résistance au froid
  • il augmente la résistance de l’organisme au stress et à la fatigue surtout nerveuse, notamment en cas de surmenage
  • il améliore la circulation veineuse
  • il renforce la sphère ORL
  • il est chimio-protecteur lors de l’administration de certains médicaments en cas de chimiothérapie

Bref, le cassis, pourquoi s’en priver, c’est tellement bon de se faire du bien !

Source : Connaissez-vous les vertus du cassis ?

Oméga 3 EPA

D’après un vieil adage populaire, le poisson rendrait intelligent, et bien ce n’est pas complètement faux : savez-vous que les poissons gras comme le hareng, le maquereau, les anchois, la truite arc-en-ciel et le saumon sont riches en acides gras essentiels oméga 3. Justement notre cerveau est constitué à 60% de ces fameux oméga 3.

Hareng

Hareng

Autre avantage de ces poissons gras, les oméga 3 qu’ils renferment sont directement utilisables par nos neurones. Ce n’est pas le cas des acides gras des huiles végétales riches en oméga 3 comme les huiles de colza ou de lin qui doivent être préalablement transformées par certaines enzymes avant de pouvoir être utilisées par notre cerveau.

Ces oméga 3 des huiles de poisson, prédigérés en quelque sorte, appelés EPA, ont des effets bénéfiques pour être au top de ses performances intellectuelles, pour conserver la bonne humeur ou la retrouver et pour mieux résister au stress.

Or, la façon dont nous nous alimentons aujourd’hui ne nous permet généralement pas de bénéficier d’un apport suffisant d’oméga 3 et encore moins d’EPA.

C’est pourquoi il existe aujourd’hui de nombreux compléments alimentaires riche en oméga 3 EPA. Préférez les huiles des petits poissons gras ou de phytoplancton et demandez conseil si vous souffrez d’une pathologie.

Dans le cadre d’une alimentation équilibrée, ces bons acides gras oméga 3 des huiles de poissons nous permettent de nourrir au mieux notre cerveau émotionnel pour une plus grande sérénité.

Source : Les poissons gras, source d’Oméga 3 EPA

Luminothérapie

La lumière solaire est source de vie et de santé. Elle a aussi une grande influence sur notre état émotionnel : il suffit que le soleil brille pour que notre humeur soit améliorée.

Image

Les habitants des pays nordiques sont très affectés par les très courtes journées hivernales, et en France, nombreuses sont les personnes qui souffrent des sombres soirées de l’automne et de l’hiver, plus particulièrement à partir du passage à l’heure d’hiver.

Le bienfait de la lumière solaire

La lumière solaire exerce une influence directe sur certains de nos rythmes biologiques régulés sur un cycle exact de 24 heures, appelés rythmes circadiens, en particulier sur les rythmes éveil-sommeil, sur notre équilibre neuroendocrinien et sur le système immunitaire. Or, le niveau de luminosité solaire passe de 50000 lux en été à 500 lux en hiver, soit 100 fois moins.

Notre horloge biologique peut être affectée par ce manque de lumière, mais aussi à cause d’un décalage horaire, par le passage à l’heure d’hiver et chez les personnes désynchronisés du cycle solaire parce qu’elles travaillent de nuit ou dans des locaux privés de lumière naturelle.

Lampes de luminothérapie

Il existe aujourd’hui des lampes de luminothérapie, des simulateurs d’aube et des ampoules qui reproduisent assez fidèlement le spectre de la lumière naturelle. Le simulateur d’aube reproduit les conditions d’un lever de soleil et sert de réveille- matin. Il vous évite d’être tiré du sommeil par le son strident d’une alarme ou d’une radio. Il vous permet de mieux vivre le passage à l’heure d’hiver, qui cause parfois des dérèglements du sommeil et des réveils difficiles, en particulier chez les enfants.

Source : Mise en lumière sur la luminothérapie