Retrouver un bon équilibre acido-basique

En raison de notre mode de vie stressant et de nos habitudes alimentaires, notre équilibre acido-basique est généralement altéré.

Courbe d’un bon équilibre acido-basique

Courbe d’un bon équilibre acido-basique

L’équilibre acido-basique signifie l’équilibre entre les substances acides et alcalines dans notre organisme. Or aujourd’hui, nous tendons vers l’acidification. Le corps doit alors puiser dans ses réserves basiques constituées des tissus conjonctifs et osseux pour rétablir le Ph sanguin. En effet, le ph sanguin doit être maintenu dans des limites très étroites pour être compatible avec la vie. Le fait d’avoir un terrain acidifié est donc source de déminéralisation, qui s’accompagne de baisse de vitalité, de sensation de froid, de douleurs articulaires ou d’agacement des dents.

Certaines constitutions longilignes aux traits fins sont plus sensibles à l’acidification de l’organisme, parce qu’elles métabolisent moins bien les acides de certains aliments. Les aliments peuvent être classés en trois grands groupes selon leur incidence sur l’équilibre acido-basique : les aliments acidifiants, les aliments alcalinisants, et les aliments acides.

Prenons le sucre par exemple. Son goût neutralise l’acidité des fruits, mais lorsqu’il est dégradé par la digestion, il produit des nombreux acides dans l’organisme, il est très acidifiant.

Les fruits, le petit-lait et le vinaigre, sont alcalinisants chez une personne métabolisant correctement les acides faibles, et acidifiants chez les autres, qui sont malheureusement les plus nombreuses aujourd’hui.

Les aliments alcalinisants sont constitués par la plupart des légumes, les pommes de terre, la châtaigne, la banane, l’amande, la noix du Brésil, mais nous avons aussi besoin d’aliments acidifiants comme les œufs, le poisson ou la viande qui contiennent des protéines. Tout est une question d’équilibre !

Source : préserver un bon équilibre acido-basique

Graines germées dans nos assiettes

Saviez-vous que les pousses de soja sont tout simplement des graines germées ? Et saviez-vous qu’il existe une variété d’autres graines germées que vous pouvez utilisez astucieusement dans votre alimentation de tout les jours ?

Germoir à graines

Germoir à graines

Historique

L’antique peuple des Esséniens consommait en grande quantité les graines germées. Ils leur attribuant des vertus thérapeutiques voire initiatiques.

Intérêts nutritionnels

Ces graines possèdent en elles le potentiel de la plante adulte, ça en fait un aliment bien plus revitalisant qu’on ne pourrait le penser.

Gros avantages pour ces ci-petites graines, la germination multiplie les enzymes, vitamines, minéraux et oligo-éléments des graines des légumes, légumineuses et céréales. Ainsi, le taux de vitamine B9 du le blé germé est multiplié par 400%. Dans un même ordre d’idée, la quantité de vitamine C quant à elle s’accroît de 600 %.

Comment les consommer ?

Il existe de multiples façon de consommer les graines germées. Laissez-libre cour à votre imagination.

Verrine garnie de graines germées

Verrine garnie de graines germées

Voici un panel représentatif de plats que vous pouvez concocter ou agrémenter des graines germées :

  • Ajoutez-les graines germées dans une salade composée
  • Placez-les au sein d’un sandwich, comme le font les américains et britanniques
  • Garnissez une verrine de ces petites graines pour faire l’équivalent d’un chapeau végétal
  • Ajoutez-les lorsque vous faites une poêlée de légumes au wok
  • Ajoutez-les dans vos soupes de légumes, façon soupe asiatique
  • Essayez de les rajouter dans une omelette

La liste peut encore être étoffée selon les bonnes idées que vous pouvez avoir.

Faire germer soi-même des graines

Pour s’en procurer très rapidement et facilement il suffit de se rendre dans un magasin d’alimentation biologique. Mais avec un peu de patience il est facile d’en faire germer soi-même. Il est possible d’utiliser la même technique du coton humide et de l’assiette que n’importe qu’elle enfant connaît pour faire germer une graine. Mais il est également possible d’utiliser des bocaux de confiture ou des germoirs spécifiquement conçu, que l’ont retrouve notamment dans les magasins bio.

Les 2 règles essentielles à respecter :

  1. Les graines doivent toujours être humides sans jamais être noyées
  2. Les graines doivent être rincées 2 fois par jour pour éviter les moisissures

Avec un peu de patience vous aurez des graines que vous pourrez utiliser dans vos plats.

__

Photo du germoir : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sprouter.png

Photo de la verrine : http://emmanuelle-chausse.jimdo.com/2014/06/06/les-graines-germ%C3%A9es/

Découvrez les probiotiques

Une étude de l’Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (INSERM) a révélée que les probiotiques auraient une action antidouleur au niveau de l’intestin, les effets seraient similaire à ceux de la morphine. L’avantage comparé à la morphine c’est qu’il n’y a pas les effets secondaires.

Lactobacillus acidophilus vus au microscope

Lactobacillus acidophilus vus au microscope

Que sont les probiotiques ?

Les probiotiques sont des micro-organismes qui sont présent dans la flore intestinale. Leurs présences est indispensable à une bonne santé. Le corps humain en a notamment besoin pour protéger l’intestin contre les bactéries pathogènes.

C’est dans la fermentation du yahourt que l’ont retrouve 2 bactéries qui sont les plus anciens probiotiques connus.

L’étude de l’INSERM

L’étude menée par l’INSERM a administré par voie orale un probiotique intitulé « lactobacillus acidophilus » chez des souris et des rats. Les essais ont montré une diminution de sensation douloureuse au niveau du côlon, de façon équivalente à la morphine. D’ailleurs, lorsque le probiotique est associé à la morphine, l’efficacité est alors augmenté de 65%.

Les essais ne s’arrête pas là. Cela fait plusieurs mois que l’administration de ce probiotique est à l’essai au Etats-Unis. Les essais sont effectué chez des patients atteints du syndrome de l’intestin irritable. Etant donné que ce mal touche près d’un français sur cinq, en particulier des femmes, ces travaux pourraient être une belle avancée pour la qualité de vie des personnes souffrant de ce syndrome.

Ce n’est pas tout, d’autres essaies sont en cours pour les cas suivants :

  • Pathologies allergiques alimentaires et l’eczéma de contact
  • Prévention et le traitement de la diarrhée de l’enfant et du voyageur
  • Prévention du cancer du côlon
  • Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

Avec tout ces essaies en cours, les probiotiques ont certainement beaucoup de potentiel pour l’avenir.

Pour fertiliser votre jardin biologique : le ver de terre

L’un des meilleurs allié pour fertiliser un jardin, c’est le ver de terre. C’est encore plus efficace que le purin d’ortie. Ce petit animal est un atout pour les potagers biologique. Il fait son travail en continu et va dans tous les recoins. Ce sont près de 60 tonnes de fertilisants naturels qui seront produit par l’hectare.

Gros plan d'un ver de terre

Gros plan d’un ver de terre

Enrichissement du sol

La terre subi des transformations biochimiques lorsqu’elle traverse le corps du ver. Elle est ainsi enrichi :

  • 2 fois plus riche en calcium
  • 2.5 fois plus riche en magnésium
  • 5 fois plus riche en azote
  • 7 fois plus riche en phosphore
  • 11 fois plus riche en potassium

Les légumes du potager vont se gorger de sels minéraux et cela ne pourra en être que bénéfique pour votre santé.

Aération du sol

Les lombrics peuvent creuser jusqu’à 7.000 km pour un seul hectare. Indéniablement cela aère la terre et améliore son drainage. Il y a ainsi une protection supplémentaire pour éviter les petites inondations.

Les petits tunnels creusés par les vers vont favoriser l’écoulement de l’eau dans le sol, ce qui permettra de mieux alimenter en eau les légumes qui s’y trouvent.

Favoriser la vie des vers

Tous ces arguments vous ont convaincu de conserver la vie des vers, alors évitez les pesticides et privilégiez la fourche-bêche plutôt que la bêche qui tronçonne ces petits alliés de votre jardin.

Parmi les 146 espèces de vers de terre que l’ont retrouve en France, la plus adaptée est le ver de terreau que l’ont peut se procurer dans les magasins pour la pêche, dans lesquels ils servent normalement d’appâts.

Pour s’en procurer naturellement il est aussi possible d’en capturer. Pour cela il faut épandre de l’eau additionnée de moutarde forte, sur un sol ou vous avez repéré des tortillons. Ce mélange d’eau et de moutarde attirera les vers à la surface.

Quel impact sur la santé, si les poissons venaient à disparaître ?

Que se passerait-il au niveau de notre santé, si les poissons que nous pêchons venaient à totalement disparaître en 2050 ? La revue « Science » s’est penché sur le sujet avec une équipe internationale de spécialistes en biologies, économies et d’océanographes. La publication est parue dans un numéro de novembre 2007. C’est la première étude sérieuse qui s’intéresse à l’effondrement de la biodiversité du monde marin et son bilan est très mauvais.

Marin qui pêche des poissons sur un chalutier

Marin qui pêche des poissons sur un chalutier

Selon les résultats de l’étude, si aucune action humaine n’est effectuée pour limiter les pratiques courantes, les espèces de poissons couramment pêchées auront totalement disparues dès l’an 2048. Seules quelques zones où la pêche est interdite pourront conserver une biodiversité permettant de faire survivre certaines espèces.

Les espèces menacés concernant à la fois les poissons que les invertébrés (poulpe, calamars …). Or, les poissons concernés ont un intérêt nutritionnel. Les poissons gras sont difficilement remplaçable. Ils sont riches en EPA et DHA, des acides gras oméga 3 dont notre cerveau est composé à 60%.

Ces acides gras sont très facilement assimilable par nos neurones. Cela en fait une différence par rapport aux acides gras oméga 3 de sources végétales, qui quant à eux doivent être transformés par des enzymes avant de pouvoir être assimilés par les neurones.

Qui plus est, les acides gras jouent un rôle majeurs dans la construction intellectuel des enfants et ils ont un impact sur l’état émotionnel de ceux-ci, en particulier dans la lutte contre les troubles de l’humeur.

En conséquent les poissons sont bel et bien important pour notre organisme et la biodiversité marines doit perdurer sur le long terme pour s’assurer du bon fonctionnement de notre métabolisme humain.

75% de la population n’a pas assez d’AJR en magnésium

Le docteur Jean-Paul Curtay, spécialiste de la nutrithérapie estime qu’environ 75% de la population ne reçoit pas les Apports Journalier Recommandés (AJR) en magnésium. Ce manque de magnésium dans l’organisme a des effets étant donné que le magnésium à un effet calmant et qu’il combat la fatigue.

Aliments qui sont sources de magnésium

Aliments qui sont sources de magnésium

Effet d’une carence en magnésium

Hormis les effets positifs du magnésium, il est possible de prendre le problème à l’envers et de constater les effets négatifs sur l’organisme lorsqu’il y a une carence en magnésium. Ce manque de magnésium entraîne une vulnérabilité face au stress. Or, le stress provoque quant à lui une fuite urinaire en magnésium. C’est le serpent qui se mord la queue ! Plus l’organisme manque de magnésium et plus le corps est stressé. Et plus le corps est stressé, plus il élimine de magnésium !

Profils concernés

Les principales personnes concernées sont les sportifs, les femmes (en particulier si elles prennent la pillule) et toutes les personnes qui consomment du café en grande quantité.

Quel type de magnésium consommer ?

Sachez que toutes les sources de magnésiums ne se valent pas. De nombreux sels de magnésium sont mal absorbés par l’organisme et évacués par les selles et urines. Il convient de trouver des sources de magnésium le plus assimilable que possible. Les principales sont les suivantes :

  1. Le magnésium d’origine marine, assimilable à 98%
  2. Le glycérophosphate de magnésium, assimilable à 92%

Alimentation diversifiée

Il est important de savoir que l’organisme est un ensemble qui doit rester harmonieux. D’autres nutriments vont avoir un facteur sur l’organisme et la façon dont il est capable d’absorber ou de traiter le magnésium. La bonne métabolisation du magnésium dépend ainsi d’apport en certains nutriments appelés co-facteurs. C’est le cas par exemple de la vitamine B6.

L’absorption du magnésium est aussi diminuée par les graisses saturées. Un exemple typique de mauvaise source de magnésium est par exemple le chocolat.

Pour conclure il faut donc essayer d’avoir une alimentation variée et diversifiée. Et l’idéal consiste aussi à avoir une alimentation issue de sols cultivés avec des matières riches en magnésium. Pensez-y si vous avez votre propre potager.

Préparer du kombucha soi-même

Le kombucha est une boisson originaire de Mongolie selon Wikipedia. Cette boisson peut être réalisée simplement soi-même en laissant fermenter le champignon kombucha. Ce dernier est disponible dans certains magasin d’alimentation bio.

Image

Kombucha

Procédure

  1. Faites bouillir 3 litres d’eau
  2. Laissez infuser 15 minutes du thé japonais vert ou de thé noir type « thé de la Pagode »
  3. Lorsque le breuvage est à température ambiante, ajouter 12 à 15 cuillères à soupe de sucre intégral, de miel, de sirop de dattes ou de mélasse
  4. Ajoutez le morceau de champignon, la face la plus lisse vers le haut
  5. Couvrez d’un linge
  6. Attendez 6 jours environ
  7. Au bout de 6 jours vous pouvez retirer le champignon qui aura augmenté de volume
  8. Placez-la boisson au réfrigérateur avec un peu de liquide
  9. Filtrez la boisson au chinois (ustensile de cuisine)
  10. Versez dans des bouteilles

Et voilà, vous disposez maintenant de votre propre Kombucha.

Conservation et consommation

Conservez les bouteilles au réfrigérateur. Lorsque vous souhaiterez en consommer, il faudra sortir les bouteilles à température ambiante 2 jours auparavant. Cela permet de s’assurer que la boisson devienne pétillante.

Chauffage écologique

La solution la plus écologique en ce qui concerne le chauffage de votre logement reste encore l’absence de chauffage !

Poêles à bois

Chauffage avec un poêles à bois

Améliorer votre isolation et votre aménagement climatique vous permettra d’économiser sur votre consommation d’énergie et de contribuer à la protection de l’environnement par la réduction des gaz à effet de serre. La consommation d’énergie d’une maison peut être réduite de 30% simplement par son orientation et de la disposition de ses ouvertures au Sud.

Maison bioclimatique

La maison bioclimatique est aujourd’hui tout à fait au point. Sa conception permet de bénéficier d’une chaleur confortable en utilisant uniquement le flux d’énergie solaire, atteignant 1300 watts au mètre carré, sans autre mode de chauffage.

Type de chauffage

Le chauffage au bois, le chauffage solaire, la géothermie et l’électricité d’origine renouvelable, encore très peu représentée en France pour cette dernière, constituent actuellement les chauffages les plus écologiques. Le chauffage au bois est particulièrement intéressant. Certes la combustion d’une bûche rejette du dioxyde de carbone mais l’arbre dont cette bûche provient aura sa vie durant piégé des quantités importantes de dioxyde de carbone en rejetant de l’oxygène dans l’environnement.

En revanche lorsqu’on brûle des combustibles fossiles, comme le gaz et le fioul, on produit des émissions de gaz qui s’ajoute à la production naturelle de dioxyde de carbone : l’équilibre est rompu.

Le plan Bois Energie

Le plan Bois Energie, soutenu par l’Etat, a pour objectif de gérer le constant renouvellement des forêts, qui est la condition indispensable d’un développement durable. Le combustible bois est peu cher à l’achat, et s’adresse à l’économie locale. Il existe aujourd’hui des poêles à bois à très haute performance qui vous dispensent d’une cheminée et qui ont une faible consommation.

Agir pour notre environnement par des choix intelligents, c’est aussi agir pour notre santé, car la santé de l’environnement et la nôtre se rejoignent inéluctablement.

Terrain de santé

Pour se maintenir en bonne santé, la notion de terrain est fondamentale. Selon une fameuse phrase de Claude Bernard, célèbre physiologiste français, « le microbe n’est rien, le terrain est tout« . Le terrain se définit par la vitalité et les faiblesses d’un individu, envisagées de façon globale selon une unité psycho-physique, qui font que cet individu va être plus ou moins résistant à la maladie ou va avoir tendance au contraire à développer certains troubles de santé.

Courbe de l'effet sur la santé des apports de vitamines

Courbe de l’effet sur la santé des apports de vitamines

La notion de terrain renvoie à la fameuse citation grecque « un corps sain dans un esprit sain« . C’est une approche de la santé fondamentalement différente celle du combat contre la maladie, ou du microbe à abattre. En effet, on ne devient pas malade du seul fait d’être en contact avec les microbes. Au contraire, un terrain affaibli est une porte ouverte aux maladies. Notre terrain est déterminé pour partie par notre hérédité, mais aussi par notre hygiène de vie, par notre vie émotionnelle et par notre toxémie, c’est-à-dire la quantité et la nature des toxines dans notre organisme.

Selon la médecine traditionnelle chinoise, il est important d’éviter les excès, dans un sens comme dans un autre, c’est la fameuse sagesse asiatique de la « loi du milieu« . Par exemple, si une marche excessive fragilise les tendons, un excès d’inactivité engendre une déficience d’énergie. La production de toxines fait partie du fonctionnement physiologique normal de l’organisme, mais l’excès de toxines est néfaste à la santé.

L’un des déséquilibres les plus pernicieux consiste à créer trop d’acides dans l’organisme, notamment par l’alimentation et par un mode de vie stressant. L’organisme puise alors dans sa réserve de minéraux pour tenter de restaurer l’équilibre, ce qui est nuisible à la santé. Enfin, des stress brusques ou durables nuisent à notre équilibre. Au contraire le fait de se sentir aimé est une des émotions les plus puissantes qui renforce notre défense immunitaire.

Les bienfaits des champignons

En novembre, c’est la ronde des champignons. Vous pourrez cueillir cèpe, chanterelle, girolle, mousseron, pied bleu, pied de mouton et trompette de la mort.

Panier de champignons

Panier de champignons

Le champignon dans l’histoire

De tout temps, les champignons ont fasciné, comme en témoignent les nombreuses légendes populaires issues pour la plupart d’Europe centrale. La mythologie scandinave voit naître les champignons de l’écume perlant de la bouche du cheval d’Odin, dieu créateur du premier homme et de la première femme.

Les champignons suscitaient autrefois l’adoration dans certaines religions animistes et dans le chamanisme ou au contraire la crainte, comme en témoignent leurs surnoms haut en couleur : « rond de sorcières« , « tabourets de crapauds« , « trompettes de la mort« , ou encore « pénis de chien« …

Savoir reconnaître les champignons comestibles

Dictionnaire illustré des champignons

Dictionnaire illustré des champignons

Si beaucoup de champignons sont peu intéressants sur un plan gustatif, une trentaine dans le monde sont répertoriés comme d’excellents comestibles, mais une vingtaine sont mortels. Pour apprendre à identifier les champignons, la sortie sur le terrain avec un connaisseur est encore le meilleur moyen.

Les vertus des champignons

Les champignons sont riches en vitamines du groupe B souvent détruites par les modes d’alimentation actuelle et notamment le blutage des céréales. Ces vitamines du groupe B interviennent dans le fonctionnement neuro-musculaire et le bon état de la peau.
Les champignons sont également riches en divers oligo-éléments en particulier en sélénium, aux remarquables propriétés antioxydantes, luttant contre le vieillissement prématuré.
Attention cependant : ne ramassez jamais les champignons au bord des routes, ou dans certaines régions où le sol est naturellement riche en cadmium ou pollué, car ils ont souvent une forte capacité à bio-accumuler des métaux lourds toxiques comme le mercure, le plomb et le cadmium.